Jour 1 – France – Belgique


10h, réveil deux heures après mon alarme. J’ai plusieurs choses à régler avant de partir :

  • Deux trois courses à faire
  • Laver la voiture et l’amener à son box
  • Un peu de paperasse
  • Et enfin tout paqueter / installer la moto.

J’ai fini la révision de la moto la veille. Je pars simplement avec de la graisse de chaine. Un plein d’essence et je décolle.

Je dois être à Hirtshals le 16 au matin alors il ne faut pas trainer, en tout cas au début. Direction l’A86 puis l’A4 vers Reims et Sedan. Il n’y a vraiment pas grand monde sur l’autoroute, une dizaine de motos à saluer dans l’autre sens.

Je fais mon plein après Rethel où le plus gros sanglier du monde est posé sur l’aire. Je rencontre deux bonhommes qui venaient de faire une virée en quad dans les bois. Leurs machines étaient repeintes de boue, comme eux d’ailleurs. Ils me demandent si je fais une balade dans le coin, je leur raconte mon projet puis repars assez vite.

Le passage de la frontière belge en direction de Bouillon est un vrai petit plaisir. Je passe de l’autoroute à une route sinueuse en forêt. Je suis obligé de mettre la Gopro en marche sur la valise, on verra ce que ça donne. Je décide de ne pas rejoindre l’autoroute et de continuer dans le réseau secondaire. Ça me fait un repérage pour un prochain long week end!

1_IMG_9866

J’ai roulé vers Durbuy au Luxembourg, en passant par Rochefort. Les routes droites s’alternent avec de bons gros virolos, je ne demande pas mieux pour le moment. Les petits villages que je croisent sur la route sont mignons, à l’image de Durbuy.

Cette ville est au bord de la Ourthe, forcément il y a un peu de monde pour le kayak. Beaucoup de motos sur la place principale. Je pars pour trouver un camping à la sortie de la ville que je ne vois pas du premier coup d’oeil. Sortie de la ville qui se caractérise par 2-3 kms de virages en forêt. WOW!
À l’abord d’un virage, une dépanneuse qui remorque une moto et le motard d’une 40-50aine d’années derrière. Je m’arrête, il me raconte qu’une voiture était sur sa voie dans le virage, il n’avait d’autre choix que de se mettre au tas sur le côté…
Forcément la voiture ne s’est pas arrêtée et les autres derrière n’ont pas pu récupérer la plaque. C’est quelqu’un de la région, c’est quand même un bon cauchemar…

Je repars vers la ville et trouve un camping. Sale allure au premier abord, un parking de gravier pour camping car. Par tout hasard, je vais demander s’ils ont des emplacements pour tente et c’est le cas : banco.
Je pars m’installer sur une bute d’herbe qui surplombe la rivière. Le temps de monter le camp, faire connaissance avec les tentes voisines (cyclistes néerlandais pour beaucoup et un père et son fils venu en w800), me faire a manger et vous écrire ça, il est 21h passé.

1_IMG_9879


1 Comment Jour 1 – France – Belgique

  1. Manubadboy

    Mdr ! il s’appelle Woynic le gros sanglier posé sur l’aire d’autoroute…
    J’ai bossé 4 ans à Bogny sur Meuse, la ville qui la vu naitre sous les mains de son maitre M. Sléziak !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *